Accueil
Poésie libre / Le drame d'alexandre
              
Poésie libre / Le drame d'alexandre
         
Poésie libre / Le drame d'alexandre

Le drame d'alexandre
par Jim


La nuit le monde dort et je m'épanouis Stable température et silence profond Quelques étoiles dans le ciel sourient Et de mon chat j'entends le calme et chaud ronron Ô toi le grand absent demeure dans l'oubli Laisse le temps tourner en rond Je ne sais si l'humain rêve quand il sommeille Mais il laisse tranquille enfin je le suppose Tout ce qui n'est pas lui dans la corbeille On le reconnaît bien à tout cela qu'il ose Il n'est aucun besoin que quelqu'un le surveille Surtout quand il a bu sa dose Hélas vient le moment que le soleil se lève Il va falloir souffrir le bruit de la cité Pour éviter les sots rendre vie brève Et pour tenir le choc avaler son café Puis déposer furtif son préavis de grève Dormir le jour mon seul méfait Je dors l'âme sereine et sans besoin de coke Je m'endors quand la rue soudain toute s'ébruit Tout compost entassé au fond du woke Laissons pousser à l'arbre autant de jolis fruits Quelle frayeur nous mène à faire autant de stocks Tout soleil baigne en fond de nuit Mon grand-père disait que son lointain ancêtre Lui avait raconté que l'éclair de génie Surgit lorsque pour continuer d'être Face au fauve il choisit de protéger son nid C 'est de la peur que vint le désir de connaître Et que sans elle on est fini Devant tant de sagesse et devant tant d'espoir J'ai choisi de garder mes fantasmes pour moi Ceux-là qui me surprennent quelque soir Car j'aurais grand raison de trembler triste émoi En confiant la moindre idée aux rois de foire Qui transforment tout baume en poix Les meilleurs d'entre nous accèdent au pouvoir Devant souvent trancher plutôt que d'étudier Ils n'attendent que cela du savoir Donnez-moi un moyen le reste est répudié Je ne veux qu'augmenter en mon grenier l'avoir Tous vos besoins sont expédiés Rome encore en nos jours demeure par ses lois Ses principes et garde emprise sur nos têtes Pourtant son règne fut mauvais aloi Souvent qui dut dompter toutes sortes de bêtes Combien de Dagobert n'ont pas de Saint Éloi Couronne n'étant qu'une crête D'empire la durée au temps de la conquête Se mesure et celui de la botte latine Ne fut d'un seul dément prime requête Mais le macédonien dont la lame lutine Les pays d'orient s'il vécut sans défaite Mourut laissant son trône en ruine

© Les Antiquités d'ici

Poème posté le 04/09/21 par Jim


 Poète
Jim



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.