Accueil
              
         

Irréparable
par Salus


L'eau coulait, ruban gris courant le long des berges... Dans des miroitements incertains l'éther bas, En d'ultimes lueurs, comme on mouche des cierges, Eteignait son décor d'aériennes pampas … De l'acier du ciel gris, désormais monotone, Homogène et chargé, plein d'électricité, On entendait l'orage errer, sa voix qui tonne, Et le monde, au chaos, semblait précipité. Le canal frémissait de toute sa surface ; L'air semblait prêt à rompre, instable, arqué, tendu ! Equilibre improbable où le hasard rêvasse, Le moment semblait pris dans un piège dentu. Puis, comme en un soupir, tout se calme et retombe, Et l'infortuné saute à la liquide tombe.



Poème posté le 15/06/18


 Poète
Salus



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.