Accueil
              
         

Confession
par Salus


Dans le rêve le plus secret Issu de mon âme de craie, Oyez-en, c'est fort indiscret, Cet aveu qui toujours effraie : C'est en fille que je me vois, Pendant que la morale aboie, Chienne gardienne de nos lois Interdisant l'étrange joie, Puissante, ainsi que vous verrez, D'être en sœur enfin transférée ; - Vous tiquez ? Mais persévérez, Car la libido non ferrée Galope où notre cerveau bout Quand à soi-même l'on dévoue, Par la dame, au roi cet atout Que rien ne coiffe ou ne bafoue ! Dans mon songe, pas d'homme ni De laideur ; quelque tendre amie Impudique, au trouble banni, M'offrant le spectacle, endormie, D'un bonheur lascif et repu Dont la félicité m'embue L’œil - quand, par grâce, il aurait pu Surprendre, toute honte bue, Ce tableau, cher d'intimité, D'une enfance, à peine imitée, Loin du réel morne et mité D'un Sappho mâle intimidé.



Poème posté le 20/08/18 par Salus


 Poète
Salus



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.