Accueil

Canicule
par Claudel


Pendant que le soleil jaune éclot et pullule Ses rayons des enfers, je suffoque de haine Dans mon corps rayé de sueur telle une hyène Espérant la lueur fraîche du crépuscule. Par un clin d’œil d’Iris, Je convie Osiris À mon ardent propos. J’essouffle mon apnée, j’étouffe à perdre haleine Dans ce sépulcre, dans cet enfeu ridicule ; Je coagule, je brûle de canicule Dans ce caveau suant, dans ce tombeau de chêne. Sous le regard d’Isis, Je cherche l’Oasis Pour mon dernier repos.

Tous droits réservés © Claude Lachapelle / août 2018

Poème posté le 24/08/18 par Claudel


 Poète
Claudel



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.