Accueil
Poésie libre / Un jour
              
Poésie libre / Un jour
         
Poésie libre / Un jour

Un jour
par Salus


Un jour que j’étais né, comme un milliard de frères, D’une chair arrachée à tous les vents contraires, Un jour qu’on m’avait créé, Dans l’existence sacrée ; Je n’étais pas, je fus ! à l’immense appel d’air, Au feu très vite brûlant, seul - par quel dahir ? Quel décret de quel dieu que Je tirais, de par la queue ! J’enfonçais dans l’enfance un pan de temps précieux, Et je forgeais, mystique, un beau précis des cieux ! (J’imaginais des novæ, Mais je n’ai rien innové...) J’ai vécu ! L’on me vit filer de jeunes fièvres Où venaient s’engluer des gueuses, des Guenièvres ; Curieuses enfants des fées Prises au vent des effets Sonores de la soie alchimique du moi Que je tendais, naïf, telles les mains l’émoi ; Mais la tendresse est piégée, Et m’a trop tard assiégé… ° ° ° Tout d’un coup, j’étais vieux, j’avais passé ma vie, Ma jouvence s’était d’elle-même ravie. - Avez-vous vu la jeunesse ? Quelle étrange flèche était-ce… Honnêtement, je mens, je mens (tombe le froid) ; La vérité ? Si lentement que le vent soit, Sa saute, un trou plus qu’abrupt, C’est le dernier coup du knout !



Poème posté le 27/10/21 par Salus


 Poète
Salus



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.