Accueil FORUM Inscription/connexion

Déserts
par Ombrefeuille


La dune qui s'étire enfante une autre dune, Et le pas qui se pose engendre un autre pas, Mais le soir il n'y a sous la tente ici-bas Que les étoiles nues et l'ombre de la lune. Le soleil est de feu, et de braise le sable, Le ciel est si profond, et si vaste le vent, Que le silence seul peut contenir le chant Qui se tapit au fond de l'âme insaisissable. L'aube lente du Temps s'est ouverte, sereine, La brûlure du jour touche l'éternité, Le soir s'est recueilli, le sable est apaisé, Et déjà près du camp glisse la nuit lointaine. Rien n'arrête la dune égale et solitaire, Rien ne peut arrêter sous le soleil profond La pensée, la prière et la poussière au front De celui qui chemine aux heures de la terre. Le silence de l'âme est un ciel insondable, La pensée qui s'élève au seuil vaste du Temps Engendre la prière à pas sourds, à pas lents. - Le souffle de la dune est incommensurable …



Poème posté le 16/09/18 par Ombrefeuille


 Poète
Ombrefeuille



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.