Accueil FORUM Inscription/connexion
Poésie d'hier / L'Art (après l'article de T. de Banville)
Poésie d'hier / L'Art (après l'article de T. de Banville)
Poésie d'hier / L'Art (après l'article de T. de Banville)

L'Art (après l'article de T. de Banville)
par Théophile GAUTIER


Théodore de Banville qui écrivait ce qui suit pour Théophile Gautier (sa réponse est un manifeste : L’Art ) : Quand sa chasse est finie Le poète oiseleur Manie L'outil du ciseleur. Car il faut qu'il meurtrisse Pour y graver son pur Caprice Un métal au cœur dur. Pas de travail commode ! Tu prétends comme moi, Que l'Ode Garde sa vieille loi, Et que, brillant et ferme, Le beau Rythme d'airain Enferme L'Idée au front serein. Les Strophes, nos esclaves, Ont encore besoin D'entraves Pour regarder plus loin. Les pieds blancs de ces reines Portent le poids réel Des chaînes, Mais leurs yeux voient le ciel. Et toi, qui nous enseignes L'amour du vert laurier, Tu daignes Être un bon ouvrier. _______________________________________ Poème de Théophile : L’Art L'art Oui, l'oeuvre sort plus belle D'une forme au travail Rebelle, Vers, marbre, onyx, émail. Point de contraintes fausses ! Mais que pour marcher droit Tu chausses, Muse, un cothurne étroit. Fi du rhythme commode, Comme un soulier trop grand, Du mode Que tout pied quitte et prend ! Statuaire, repousse L'argile que pétrit Le pouce Quand flotte ailleurs l'esprit : Lutte avec le carrare, Avec le paros dur Et rare, Gardiens du contour pur ; Emprunte à Syracuse Son bronze où fermement S'accuse Le trait fier et charmant ; D'une main délicate Poursuis dans un filon D'agate Le profil d'Apollon. Peintre, fuis l'aquarelle, Et fixe la couleur Trop frêle Au four de l'émailleur. Fais les sirènes bleues, Tordant de cent façons Leurs queues, Les monstres des blasons ; Dans son nimbe trilobe La Vierge et son Jésus, Le globe Avec la croix dessus. Tout passe. - L'art robuste Seul a l'éternité. Le buste Survit à la cité. Et la médaille austère Que trouve un laboureur Sous terre Révèle un empereur. Les dieux eux-mêmes meurent, Mais les vers souverains Demeurent Plus forts que les airains. Sculpte, lime, cisèle ; Que ton rêve flottant Se scelle Dans le bloc résistant !

Recueil Emaux et Camées, article de Théodore de Banville dans la revue "L'Artiste"

Poème posté le 27/12/09 par Rickways


 Poète
Théophile GAUTIER



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.