Accueil

Le magister
par Epervier


Des monocles usés, la démarche empoussiérée. Des pas difficiles, un cerveau infaillible. Quand même une prestance fort allumée. Le savoir énoncé dans un sourire tangible. Debout malgré un dos arqué entre les mots. De la sagesse, la parole facile, sourire. Le bras levé, il dicte la science des flots. Un léger trémolo, le respect, doux délire. Vêtu de guenilles respectables, la fierté. Une peau chagrinée, l’honorable vieillard. Un pauvre chemisier jauni, le ton non blasé. L’envolée respirable, rire goguenard. Des années majestueuses, les élèves studieux. Apprendre la vie, la culture divine. Instruire les neurones, l’acquis heureux. La lumière d’une intelligence qui se dessine. Un jour, l’absence, ce monument lettré. Le questionnement d’une classe instruite. Le noir s’est glissé, déjà un souvenir étouffé. Terrible attente, les leçons confites. * * * Aujourd’hui, le fils mémorise cette grande noblesse. À son tour devant des pupitres, la folle jeunesse. André,épervier

L'honneur du savoir, le prodiguer<br />
dans une grande sagesse.<br />
Le plaisir d'une vie, la science<br />
révélée.


Poème posté le 01/09/07


 Poète
Epervier



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.