Accueil Forum Inscription/connexion
Poésie d'hier / Le tens leger s'enfuit sans m'en apercevoir
Poésie d'hier / Le tens leger s'enfuit sans m'en apercevoir
Poésie d'hier / Le tens leger s'enfuit sans m'en apercevoir

Le tens leger s'enfuit sans m'en apercevoir
par Philippe DESPORTES


Le tens leger s'enfuit sans m'en apercevoir, Quand celle à qui je suis mes angoisses console : Il n'est vieil, n'y boiteux, c'est un enfant qui vole, Au moins quand quelque bien vient mon mal deçevoir. À peine ai-je loisir seulement de la voir Et de ravir mon ame en sa douce parole, Que la nuict à grands pas se haste et me la volle, M'ostant toute clarté, toute ame et tout pouvoir. Bien-heureux quatre jours, mais quatre heures soudaines ? Que n'avez-vous duré pour le bien de mes paines ? Et pourquoy vostre cours s'est-il tant avancé ? Plus la joie est extrême et plus elle est fuitive ; Mais j'en garde pourtant la memoire si vive, Que mon plaisir perdu n'est pas du tout passé.

Recueil : Cléonice

Poème posté le 27/12/09 par Rickways


 Poète
Philippe DESPORTES



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.