Accueil FORUM Inscription/connexion

L'épeire
par Ymmanuel


Épeire sur le mur que noie le plein midi Brode de ses longs bras le filets homicide Entre les feuilles bleues et qui s'étend, livide Comme au nocturne ciel l'astre rond du Lundi. Les jardins et vergers mystérieux que tu hantes Fredonnent de bourdons et toi sournoisement Dans l'ombre d'un mûrier avec des gestes lents Tu tisses et tisses encore imperturbablement La dentelle jolie qu'à la treille tu entes. Dentellière appliquée tu tisses le linceul, Qu'au matin ornera la rosées et ses perles Le délicat réseau que bouge le vent seul. Et sera dans l'air clair un glas le chant du merle Pour l'abeille dorée.Le foin flambe et ses meules Moutonnent dans le pré comme des tumuli, Des tombes oubliées. Ta toile fait des plis Sous les souffles qui viennent accompagner le soir, Brodeuse sans pensées tu te tiens dans le noir. Ton glacial univers est fait de son sons et d'ondes. Jamais ne bat ton cœur qu'à la vibration De ton lacis poisseux où le ténébrion S'affole, ton univers est hors du monde Tu ignores les roses et l'aube et ses rayons ! Pénélope sans vie que lèche le vent froid, De la nuit vidée d'astres, opaque qui t'emmure, Ta pensée me fait peur, immobile lémure, Et horreur le dessin qui sur ton ventre étroit Évoque atrocement l'image de la croix Et ton filet baveux, une robe de bure...



Poème posté le 13/08/19 par Ymmanuel



.