Accueil
              
         

Nuit ukrainienne
par Claudel


Une nuit printanière, La lune coquetait Dans un ciel noir stellaire Comme un coq soupe au lait. J’étais avec ma douce Veillant l’astre de nuit Aux couleurs crête et rousse Dans le froid de minuit. Un vent doux et candide, Tel un ballet joyeux, Soufflait sur ma sylphide Au regard radieux. Mais l’insidieuse brise Au doux zéphyr sournois Cachait une méprise Et nous laissa pantois. Un reflet bleu oblique Nous sembla irréel, Une vapeur toxique Irradia le ciel. Une nuit de nuages Se voilait dans nos cœurs, La lune à deux visages S’enflammait de rancœurs. Une volée fuyait Les lieux où un babil D’oisillons piaillait Au cœur de Tchernobyl.* Il s'agit de la plus grave catastrophe nucléaire du XXe siècle, classée au niveau 7, le plus élevé. Plus de 200 000 personnes ont été définitivement évacuées. Le nombre de morts directement liés à la catastrophe, objet de controverses, varie selon les sources de 200 (décès d'origine radiologique avérés officiellement constatés par une autorité) à un peu moins d'un million.





Tous droits réservés © Claude Lachapelle / octobre 2019


Poème posté le 17/10/19 par Claudel


 Poète
Claudel



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.