Accueil FORUM Inscription/connexion

La Cheminée
par Colibri


Dans l'âtre, les soirs d'hiver, crépite le feu, gémissent les rondins encore humides, Ils laissent couler leurs larmes, que les flammes viennent lécher. On entend le vent souffler, en haut de la cheminée, Donnant un regain de vigueur, aux flammes assoupies. Puis tout doucement, les flammes s'endorment, laissant les braises rougeoyantes, s'animer sous la cendre, et garder la chaleur. Devant la cheminée endormie, L'âme apaisée savoure ce moment de calme, avant d'aller retrouver Morphée.



Poème posté le 02/12/19 par Colibri


 Poète
Colibri



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.