Accueil
              
         

Veillée
par Ombrefeuille


Les frimas sont venus, dans un voile de brume, Effleurer notre seuil, et les voici tapis Au creux de la senteur de notre toit qui fume. Dans l'âtre ravivé le silence crépite, Près du panier de bois le chat demeure assis, Lointain, les yeux mi-clos sur le temps qui palpite. Le soir descend plus tôt, refermant les volets Sur la flamme blottie dans sa niche de pierre Qui s'est parée des ors rougeoyants des forêts. Ecoutez ... N'est-ce pas un carrosse enchanté, Armoiries et rinceaux gravés sur sa portière, Que les siècles défunts jusqu'à nous ont lancé ? Entendez-vous le vent ? C'est la nuit qui hulule, C'est la plaine qui tremble, et dans son antre obscur C'est un lutin penché sur un très vieux pendule. Pas un bruit !... Car les fées se sont ici glissées : Ne voyez-vous danser leurs ombres sur le mur, Hennins faits d'un seul souffle et manches d'air tissées ?... La braise qui repose a cet éclat plus doux Qui se change en murmure, en caresse de neige Où se perdent le ciel et la trace des loups. Mais il est tard, voici l'heure d'aller au lit, L'heure de s'envoler sur le premier arpège Des étoiles givrées : le chat s'est endormi ...

D'autres poèmes à découvrir sur mon site perso
Accès direct via ma CV ... A bientôt :)


Poème posté le 05/12/19 par Ombrefeuille


 Poète
Ombrefeuille



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.