Accueil
              
         

Messian songe
par Salus


Telle tournait éperdument La folle course des planètes, J’entendis, triste éternuement, Des dieux chuter toutes les têtes ! Et ce vacarme assourdissant D’échos effarants de trompettes Vit l’univers ahurissant Grandir aux dimensions anciennes Comme si, la science aidant, Se croisaient, géantes et naines, - Mille bouches pour une dent ; Tant de sang, d’un cœur hors des veines ! Cette poussée accrut l’estran Où tout ce qu’on voit se déverse Et, sur le supposé cadran, Le temps, ce vin, se mit en perce ! Alors de ces âges figés Où rien ne bouge ou ne fluctue, Sont sortis, pour être infligés, Des pensers, dont le cœur nous tue…



Poème posté le 22/02/20 par Salus


 Poète
Salus



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.