Accueil
Thème du mois / Tous les thèmes / PLANETE / Lettre ouverte à E. Macron

Thème du mois / Tous les thèmes / PLANETE / Lettre ouverte à E. Macron

Thème du mois / Tous les thèmes / PLANETE / Lettre ouverte à E. Macron

Lettre ouverte à E. Macron
par Fregat


E. Macron à la fin de son allocution hier lundi 16 mars : (...)« Le jour d’après quand nous aurons gagné, ça ne sera pas un retour au jour d’avant. Nous serons plus forts moralement, nous aurons appris et je saurai avec vous pour en tirer toutes les conséquences. Toutes les conséquences (…) » Vous avez solennellement répété deux fois "toutes les conséquences". Il me semble que la première conséquence à tirer serait de réfléchir à revenir sur cette mondialisation à outrance qui entraîne des échanges tous azimuts dont les effets sont bien plus nocifs que bénéfiques. On le voit avec le coronavirus qui grippe toute l’activité mondiale tellement toutes les économies sont interdépendantes les unes des autres. 1) Par exemple comment a-t-on pu laisser et même favoriser que la Chine et l’Inde détiennent le monopole de la fabrication de produits aussi vitaux que les médicaments au seul motif que les coûts de production y sont moins élevés ? 2) Comment peut-on laisser la fabrication de produits pourtant stratégiques (médicaments mais aussi produits agricoles, produits d’hygiène…) entre les mains de quelques pays à bas coûts, démantelant nos propres industries qui, si elles produisaient plus cher, avaient l’immense avantage de donner du travail à la population, d’être géographiquement proches des lieux de consommation et donc plus écologiques respectant mieux par ailleurs les normes sanitaires, sociales et environnementales ? 3) Comment peut-on imaginer que d’autres nouveaux grands traités de libre échange entre différents espaces géographiques mondiaux persistent dans les cartons malgré la faillite manifeste sur tous les plans autres que financier de ce modèle? 4) Ça n’a rien à voir en apparence mais comment comprendre qu’on puisse voyager en avion à des prix dérisoires ? J’ajoute que ce virus, chinois d’abord puis planétaire grâce à cette pléthore d’échanges croisés de personnes au niveau mondial, n’est pas la seule menace qui guette le monde : à cause des échanges généralisés de marchandises, les écosystèmes spécifiques à une région comme l’Europe sont menacés par l’introduction, accidentelle ou délibérée d’espèces animales ou végétales qui leur étaient inconnues et qui y deviennent invasives et déciment les espèces locales ou véhiculent des maladies jusque là inconnues (frelon asiatique, écrevisse américaine, écureuil de Corée, ver plat, virus des tomates etc…) Oui Monsieur Macron, quand l’épidémie sera passée, l’urgence climatique (et le coronavirus paradoxalement aura fait bien plus pour elle que toutes les velléités de vos homologues et de vous-même) ne sera pas le seul sujet sur lequel il faudra continuer de se pencher, c’est sur l’organisation même des échanges mondiaux qu’il faudra revenir en s’asseyant sur les dérives libérales dont la logique est le profit à tout prix. Ceux deux sujets d’ailleurs sont en étroite corrélation. Il faudra raisonner ces échanges (comme on le dit en agriculture) et relocaliser au maximum les industries dont chaque pays a besoin pour garantir sa propre sécurité, sur tous les plans. Vous souligniez à juste titre qu’une partie de la population a mis du temps à comprendre l’ampleur de la catastrophe potentielle que représente ce virus. N’agissez pas de même je vous en prie en ce qui concerne les règles du commerce mondial car elles nous menacent, à l'instar de cette crise du Covid-19, tout aussi gravement.



Poème posté le 17/03/20 par Fregat


 Poète
Fregat



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.