Accueil

Confinement
par Marcek


On te dit de rester chez toi Mais dans la rue tu déambules Dis-moi, sacrée tête de mule Tu veux donc les mettre aux abois Tous ceux qui travaillent pour toi ? Et tu sors trois ou quatre fois Pour aller chercher ta baguette De pain frais . Ce n’est pas honnête ! Quant au sport, tu n’en faisais pas Mais voici qu’ici tu trottines En compagnie de ta voisine : C’est la peste et le choléra ! Pendant que les soignants s’échinent Et que tout le monde est au feu Pour ce virus venu de Chine Toi tu sifflotes un air joyeux ... Triste constat lorsque se comptent Chaque soir tant et tant de morts ! Mais, jamais envahis de honte Les inconscients sont tous dehors !

En ces temps troublés où la mort frappe chaque jour, on aurait plus que jamais besoin de fraternité, mais hélas, le chacun pour soi semble pour beaucoup la règle à adopter !
Tristesse et angoisse ! J'ai trois petits-enfants infirmiers et je tremble pour eux, comme beaucoup doivent trembler pour des etres chers engagés dans la lutte contre le Coronavirus !


Poème posté le 06/04/20 par Marcek


 Poète
Marcek



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.