Accueil
Thème du mois / Tous les thèmes / VILLE / Andalousia Te Quiero !

Thème du mois / Tous les thèmes / VILLE / Andalousia Te Quiero !

Thème du mois / Tous les thèmes / VILLE / Andalousia Te Quiero !

Andalousia Te Quiero !
par Rimatouvent


Malaga, la cité des rives Andalouses Où j’ébahis mes yeux, éblouis de couleurs, Trouble mon odorat dans le marché aux fleurs, Là, le soleil d’été et la beauté s’épousent. Cathédrale manchote, la Belle Manquita Montre son jaune éclat au soleil radieux On y entend souffler l’orgue mélodieux Dont l’écho va frapper la vieille Alcazaba. De l’Espagne Amoureux définitivement, Je m’en vais chaque jour pour aller visiter Les villes au lourd passé que surent conserver Ceux qui adorant l’art sauvèrent ses monuments. Grenade me fascine et par la fée nature Elle orne de jardins et de bruissements d’eau Le palais d’Alhambra historique joyau Vieille émanation de folle architecture. Un proverbe espagnol dit soyez généreux Et donnez à l’aveugle, en l’ombre quémandeur Car on sait qu’à Grenade il n’est pire malheur Dans l’absolue beauté, d’être dépourvus d’yeux. Dans le Jeneralife, les jardins somptueux Du siècle le quinzième ont gardé même plan La sueur des hommes et l’eau en s’écoulant Fécondent sa beauté de tableaux merveilleux. Cordoue la capitale en l’ancienne Omeyyade, Sa mosquée cathédrale qui ne saurait vieillir Sublime Mesquita prés du Guadalquivir Ses patios fleuris, colorées enfilades Et le fameux musée à la triple culture Joignant la Chrétienté et l’Islam historique À la Juderia, union œcuménique Expliquant de trois arts la sublime parure. Du pont que l’on franchit on ne peut qu’admirer Les hommes qui bâtirent en ne détruisant pas, La cathédrale de Dieu dans la mosquée d’Allah Donnant à tout croyant un abri pour prier. Et puis voici Séville œuvre à l’âme multiple Beauté qu’on ne perçoit que petit à petit On en devient amant, on l’aime on est épris On y entre touriste on en devient disciple Sa splendeur est partout, cathédrale Gothique Énorme, éblouissante avec sa Giralda : Cet ancien minaret mais que l’on conserva, Chapelles enrichies d’or et de tableaux mystiques. Des ruelles si belles qu’on croirait des musées Dont portes, patios ne sont que les tableaux À chaque rue l’on voit mille bonheurs nouveaux, Souvenirs sans oubli d’habiletés passées. Du dernier siècle l’art, c’est la place d’Espagne, Œuvre néobaroque aux soupçons d’art mauresque Ses stalles, ses émaux, sa taille gigantesque Et ses azulejos que l’histoire accompagne. On s’en va de Séville le cœur dans un nuage Souhaitant revenir on ne saurait garder Tant de choses sublimes sans hélas oublier De l’extraordinaire, l’hispanique message. Retour à Malaga, l’Andalousie s’accroche, On est contaminé et chaque esprit épouse La sensuelle douceur de cette âme Andalouse Beauté suprême adios, car mon départ est proche. Le dernier soir venant, dans les rues je m’égare, J’entends de la musique une simple rumba, Puis monte dans la nuit une Sevillana : Qui fait battre mon cœur au rythme des guitares.



Poème posté le 09/04/20 par Rimatouvent


 Poète
Rimatouvent



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.