Accueil

Usage de faux
par Hurlevent


Oiseaux qui ne savez rien faire d’autre que traverser les champs bleus Du ciel comme des faux et vous, qui jaillissez de la lisière du jour Et enchantez l’air de vos discours, comment près de mon lit Ne venez-vous comme hier me prédire longue vie Quand le matin remplit son abreuvoir de lumière? Frêles esprits des reposoirs vous l’avez vu cette grande nuit Où jamais ne vole l’effraie, ou ce noir attelage de plaies Qui vient au pays sans bruit, il avance sur l’étroite jetée Où notre lignée au pas friable a si longtemps cheminé Redressant sans relâche le flanc des villages Il arrive, il vient à nous confiant Nos enfants marchent devant Bientôt ils crieront nos noms D’une étrange manière



Poème posté le 11/04/20 par Hurlevent


 Poète
Hurlevent



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.