Accueil
              
         

Le matérialiste
par Coroner


A compter des gerçures de l’hiver J’embrasserai l’aumône pour te plaire, Banni pour mes caprices répétés, Autant de blessures dans ta gaieté. A compter des gerçures de l’hiver J’embrasserai l’aumône pour te plaire, Que je sois maudit pour t’avoir brimé, D’avoir hurlé pour ce sol abimé. A compter des gerçures de l’hiver J’embrasserai l’aumône pour te plaire, Tu me feras fouetté par des billets, Qu’ils marquent de honte mes bras douillets ! A compter des gerçures de l’hiver J’embrasserai l’aumône pour te plaire. Démuni ; pour seul refuge un tunnel, Au noir se repentiront mes prunelles. Quand il vénère le poids des corbeilles Il ne chante pas l’abstrait des merveilles, Rimeur ou poète qu’importe la sorte Son échappatoire restera morte.



Poème posté le 28/04/20 par Coroner


 Poète
Coroner



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.