Accueil
              
         

La télé
par Louis Vibauver


Avec ses pris's et ses antennes Cette bêt' capte mêm' les ondes Et canalisée ou en chaîne, Envahissante, nous inonde: On découvre d'autres coutumes Tout en restant tout seul chez soi Et l'on devient comme l'enclume Sourd pour entendre d'autres voix. C'est un' fenêtre sur le monde Qu'en fait voir de tout's les couleurs Et à mille lieues à la ronde On voit les mêmes chos's en chœur. Dans nos chambres, dans nos salons Elle prend plac' , nous hypnotise Détruisant l'imagination, L'intelligenc' n'est plus de mise; Elle programme nos soirées Dans des revues spécialisées Et commande nos convoitises Dans des boîtiers sans null' surprise. C'est un' fenêtre sur le monde Qu'en fait voir de tout's les couleurs Et à mille lieues à la ronde On voit les mêmes chos's en chœur. On entend deux, trois fois par jour En choeur les mêmes sons de cloche; Ce n'est toujours qu'un seul discours Qui masque les autres approches. Les temps n'ont pas changé, ma foi, De ceux qui ont connu les messes: Les loups toujours au coin des bois De moutons, brebis se repaissent. C'est un' fenêtre sur le monde Qu'en fait voir de tout's les couleurs Et à mille lieues à la ronde On voit les mêmes chos's en chœur.



Poème posté le 02/05/20 par Louis Vibauver


 Poète
Louis Vibauver



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.