Accueil
Thème du mois / Tous les thèmes / ETRANGER / Le bougnoule et la putain

              
Thème du mois / Tous les thèmes / ETRANGER / Le bougnoule et la putain

         
Thème du mois / Tous les thèmes / ETRANGER / Le bougnoule et la putain

Le bougnoule et la putain
par Salus


Timides, fiers, sans un papier, C’était l’hier de nous les nègres Nous migrions de pays aigres Où l’oiseau ne peut pépier. (On nous expliquera bien vite Qu’on aurait dû rester chez nous Quitte à marcher sur les genoux Qu’ici la joie est interdite.) Elle avait l’œil doux l’ongle vert Dans l’ombre sale elle était seule A n’être pas pour nous bégueule Son cul battait à cœur ouvert ! Notre pauvre plaisir pris d’elle Transcendait le rut et des rois Sortaient entiers de ses détroits Vrais d’un bonheur d’ange infidèle. Ses cheveux blonds passant le soir Faisaient sortir les gars des bouges Dans ces quartiers d’ouvriers rouges Réunis par un destin noir. Elle avait fui sa maquerelle Et pour la protéger des gens Deux chiens tout autre qu’indigents Eloignaient l’ire et la querelle. Cette fille est morte à crédit Je lui dois d’en être encore ivre Je l’aimais comme on ouvre un livre Je voulais que ce soit le dit !



Poème posté le 31/05/20 par Salus


 Poète
Salus



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.