Accueil

Ana o keke
par Lau


Rapanui*****. Le flanc d’un volcan pacifique, Aux pieds blanchis par l’écume de Moana*, Cache une grotte où se mussent du Mahana** Les Muses à la peau pale, argent magnifique. Ce ventre d’une mère en feu -le Poike***- Tient en son sang les cœurs de mille et mille vierges, Prive en sa chair les corps de lumière, et les cierges Oncques n’éblouirent l’antre Ana o keke****. Quand revient, aux rais transfixiants, la pure fille, L’iris transpercé par les ors de mainte aiguille, Renaît des lèvres de la roche en un éclair. Le bout de la langue lape la goutte fine, S’étoile l’irisant soleil au frêle épair, Goûte se plonger l’os au chemin de la guigne. * océan ** soleil *** lire po/i/kè ; nom du volcan **** lire a/na/o/kè/kè ; nom de la grotte ***** lire ra/pa/nou/i



Poème posté le 12/07/20 par Lau


 Poète
Lau



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.