Accueil

L'alouette
par Jim


Je parle, écris et rêve, et je songe et je pense, Et de cela ma vie toute se contrefait ; Le rire et le défi sont l'éternelle danse Où s’enivre celui qui ne croit plus aux fées. Je dis des choses vraies qui n'ont jamais été, Ainsi que de te voir, sous le poids du sommeil, Envolée au-dessus de l'heure regrettée, Lors que l'ombre, à mes pieds agrippée, appareille. Mais le désir violent sait transformer l'absence En un granit plus dur que le fait certifié. Dans le réel vécu demeure une carence, Cette faille où le vivre en nous est confié. Un grand ciel bleu s'ouvrit aux volets de la chambre ; De ton corps dans les draps, ton moule demeurait Comme le soleil d’août dénonce le décembre, Quand l'évidence tue la peur qui nous leurrait ! Je n'ai jamais rêvé qu'en mon ciel, l'alouette Chanta des lendemains qui, je sais, ne viendront. Ta tête était roulée aux flocons de la couette, Et à ce songe faux, mes frémir se pendront. Tu m'enjoignais souvent, afin de vivre mieux, De penser un peu moins, d'avoir front moins fardé ; Vois combien, maintenant que j'échappe à ces lieux, La feuille peut trembler sous le vent de l'idée.



Poème posté le 21/10/20 par Jim


 Poète
Jim



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.