Accueil
Thème du mois / Tous les thèmes / FROID / Les naufragés du pont-Neuf

Thème du mois / Tous les thèmes / FROID / Les naufragés du pont-Neuf

Thème du mois / Tous les thèmes / FROID / Les naufragés du pont-Neuf

Les naufragés du pont-Neuf
par Chrishautrhin


Jamais le thermomètre n’est descendu si bas ; Il fait un froid horrible, et dans les faubourgs, L’homme est sorti avec un enfant sous le bras. C’est un père. L’enfant à sept ans et quelques jours. Oppressé par la dure vivacité de l’air, Sa bouche fait comme une espèce de hoquet ; Une femme les rejoint dehors : c’est la mère. Où déambulent ces trois-là, nul ne le sait. Ils ont faim et, le ventre vide ils avancent Au hasard. Presque personne n’est dans les rues. A leur démarche on supposerait qu’ils dansent, Mais c’est le givre qui fonde ce tohu-bohu ! Pas un seul mot n’est exprimé par ces ombres. L’unique bruit provient de leur pas. La bise, Dont l’haleine mortelle enveloppe en nombre Ces êtres, harponne ces vies soumises. Quelle vision près du Pont-Neuf ! Et quelle pitié ! Sur le bord de la Seine, ces petits malheureux, Regardent l’eau noire, se tenant entrelacés, Et d’un coup se jettent dans le feu hideux ! Beau fleuve, il faut les sauver ! Ils sont déjà morts... Quel mystère que ces trois naufragés endormis. On sent presque leurs souffles qui respirent encore Et l’on croit voir – enfin – leurs visages qui sourient.



Poème posté le 04/12/20 par Chrishautrhin


 Poète
Chrishautrhin



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.