Accueil

Douce heure
par Louis Vibauver


par Louis Vibauver


Ah! Mon Dieu, que je suis ravi De nous voir, Dame, seuls ainsi, Qu'ensemble par cette douce heure Nous savourions quelques douceurs, Ma mie pour être en appétit, Nous nous coulons quelques oeillades A nous boire avec tant d'envie Que l'âme en extase s'évade. Pas de place pour des discours Pour témoigner de cet amour: Un mot, deux phrases pour bagage Et débuter notre voyage, C'est la tendresse et le baiser Sur ta peau lisse et satinée, C'est le frisson de la caresse Qui, léger, te frôle et paresse; Les yeux fermés comme pour mieux Chercher ce plaisir délicieux, Bander les muscles de son corps En contrôlant tous ses efforts, Se concentrer sur la pensée D'être avec toi l'instant donné Et pour cela bien écouter Ce désir qu'il nous faut dompter, Un souffle, un geste, un va-et-vient Sont des indices bien certains, Un griffement d'ongle ou un cri, Un soupir, c'est le paradis: Le temps a suspendu sa course A la patère de la grande ourse Et dans les nues où nous logeons L'éternité, nous côtoyons. Ah! Mon Dieu, que je suis ravi De nous voir, Dame, seuls ainsi, Qu'ensemble par cette douce heure Nous savourions quelques douceurs.

Musique de Jean-Pierre LOMBARD

Poème posté le 02/01/21 par Louis Vibauver



 Poète ,
 Interprète
Louis Vibauver



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)






.