Accueil
              
         

Clic
par Lau


Le cou du cygne, un vase élancé, S’achève en un calice orange ; Sourd de ce signe un âge annoncé Par le lichen et le sporange, La mousse ourlée au grain de la hanche D’un edelweiss apprivoisé, Le pied d’un lion qui cingle et balance, Au gré de ce pleur, sourd, boisé. L’étang, la flore ; et l’ambre s’amuse -Quel meilleur jeu que ce bouquet ?- Aucune ivresse à la fin ne s’use, Comment pourrait être frisquet, L’ultime appel, le cri d’une buse Qui de la scène fut le guet...



Poème posté le 10/01/21 par Lau


 Poète
Lau



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.