Accueil
              
         

Le mal nommé
par Rebo


On ne peut reprocher, au fond quand on y pense, Pas grand chose au fameux et fier alexandrin Qui, avec sa métrique, imprime la cadence, Dans leur dure galère aux forçats du quatrain. Marqué par sa césure entre chaque hémistiche, Il est stable, solide et bien proportionné, Le légo idéal pour l'enfant qui s'entiche De bâtir un château qu'il a imaginé. Moi qui à discrétion, dans mes travaux de plume, Plus d'une fois sur deux, use de ce chaînon, J'ai quand même un bémol à mettre, je l'assume, Contre Son Excellence : Il s'agit de son nom ! Car il fut baptisé, à ce qu'on nous rapporte En l'honneur d'un guerrier, stratège de valeur, Qui sans doute a laissé une longue cohorte Derrière lui de morts, de cendre et de malheur. A ce qu'il me paraît, pourtant, le monde antique regorge de talents et de grands créateurs Qui furent, officiants à leur noble pratique, Pour l'émancipation humaine des moteurs. N'eut-il pas mieux valu coller le patronyme D'un artiste, un savant, quoi, d'un homme de bien au dodécasyllabe illustré par sa rime Plutôt que l'associer à ce macédonien ? Que ne suis-je à présent sur ma feuille à écrire Quelques archimédins ou des praxitélins Et de cette façon, mes émotions conduire Sur ces enthousiasmants et magiques tremplins ?



Poème posté le 30/01/21 par Rebo


 Poète
Rebo



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.