Accueil
Thème du mois / Tous les thèmes / ARENE / Le sang et la poussière

              
Thème du mois / Tous les thèmes / ARENE / Le sang et la poussière

         
Thème du mois / Tous les thèmes / ARENE / Le sang et la poussière

Le sang et la poussière
par Ombrefeuille


L'Empereur nous convoque à des jeux aujourd'hui Et promet à son peuple ici, au Colysée, Une fête sans fin, du matin à la nuit, Avec course de chars, car la chose est prisée. Une assemblée nombreuse emplit donc les gradins, Tel pressant son voisin de lui céder sa place, Tel en hélant un autre, agitant les deux mains Au point d'en devenir ridicule et cocasse. Les heures sont scandées par les flots des clameurs De la foule excitée, sous le ciel implacable, Par la force brutale et lourde des lutteurs Qui, suants et luisants, s'affrontent sur le sable. Puis les glaives brandis et les filets lancés Par "ceux qui vont mourir" déchirent la lumière. Et déjà le sang coule, et des muscles bandés L'odeur âcre se mêle aux vagues de poussière. Du galop des enfers monte le grondement Des attelages fous, tendus jusqu'au vertige. Soudain l'un d'eux se brise et traîne longuement Sur le chaos du sol le malheureux aurige. Le soleil va bientôt plonger sous l'horizon Lorsqu'on tire et qu'on pousse au centre de l'arène Un groupe sans défense, enchaîné sans raison : Des chrétiens, eux qu'on dit sans colère et sans haine. Les voici donc, vieillards, hommes mûrs, jeunes gens : Sur eux vient de tomber un silence immobile Plein d'une fièvre sourde où s'effondre le temps Et d'un vide compact ou vacille la ville. Alors, comme jaillis d'obscures profondeurs, Des fauves rugissants cinglent vers les victimes, Lacérant et broyant, tels les monstres vengeurs Qui gardent les captifs au ventre des abîmes*. Vêtements en lambeaux, paquets de chair épars, Larges flaques de sang maculant la poussière, Est-ce là le spectacle offert à nos regards ? Où est donc la grandeur dont Rome était si fière ? Ce soir je n'irai pas prendre part au festin Que donne un mien parent dans sa demeure altière, Je ne parlerai pas, ne boirai pas de vin : Dans mon âme il n'y a plus que sang et poussière.

* Il s'agit ici du "Tartare", cette partie du séjour des morts
où aboutissaient, pensait-on, les âmes de ceux dont la vie
n'avait pas été vertueuse


Poème posté le 15/03/21 par Ombrefeuille


 Poète
Ombrefeuille



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.