Accueil
              
         

Liberté
par Salus


Je me fous de césure Autant que jubilés, Des carcans trop parfaits, Hémistiches trop riches, Algèbre de cassure, Et de poèmes chiches ! Pissant au cul de la censure, Méprisant les calculs élidés, Les pédants dodécasyllabes corsetés, Le mètre aux douze pieds, Couché devant sa niche ! Et nos chers maîtres mous, indigents et turpides Qui croyant s’élever, répandent, vomissures ! Les acides rejets d’un génie insipide, Syllepses arrogants, mouroirs et salissures ! Que ces codes jamais ne freinent les élans - L’esprit - Pour toujours envolé des poètes errants Ces choses doivent être sourdes vérités, Instinct incontestable, adaptabilité… La poésie est grise, et des mots qu’on invente, Et des rythmes qu’on crée, Au mépris de la loi, de l’église et des ventes. La poésie agit l’enfance dérangeante - La magie éthérée - Et sous son membre ailé, surprise ! Apparaît un baiser…



Poème posté le 19/03/21 par Salus


 Poète
Salus



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.