Accueil
              
         

Origine
par Rebo


Moi qui ai vu le jour sur la terre d'Afrique Et qui en suis parti depuis déjà longtemps, J'avoue que j'ai parfois l'âme mélancolique En me remémorant des images d'antan. J'ai fait mes premiers pas discrets dans la savane Parsemée ça et là d'acacias harmonieux Dont la grande ramure en l'azur se pavane Et que je ne quittais que rarement des yeux. J'ai depuis parcouru, hardi, le vaste monde, Les espaces pétrés, les déserts enneigés, Les horizons salés de l'océan qui gronde, Les épaisses forêts et les monts ouvragés. Maintenant parvenu au bout de ma carrière, Posté sur un balcon d'où j'observe à loisir Les illuminations d'une cité altière, Je me laisse entraîner aux flots du souvenir : Les herbes ondoyant sous une brise chaude Que viennent fourrager les zèbres et les gnous Mais où également en silence maraude le fauve aux crocs d'acier et aux yeux en courroux; Les cris des animaux dans la nuit giboyeuse, La rixe des babouins entre mâles rivaux, Le hurlement soudain de l'hyène ricaneuse Et le jacassement irritant des oiseaux; Le travail incessant et discret des insectes A grignoter, creuser, voler, piquer, sucer, Cette organisation savante de leurs sectes Qui donne, de la vie, un modèle avancé; L'odeur de la poussière et de la sécheresse Avec celle de musc, de bouse et de crottin, Celle de la charogne aussi qui intéresse Les vautours à l'affût d'un possible butin. Là-bas ai-je vécu à l'aube de mon âge, Fragile et sans défense au sein de ce décor Dans la puissance brute et la rumeur sauvage Et sus-je évoluer, moi l'être le moins fort.



Poème posté le 29/03/21 par Rebo


 Poète
Rebo



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.