Accueil
              
         

Signaler un contenu inaproprié.

SCI
par Liberanos


Sous le soleil, nu, la peau basanée, dans des villas jamais qu'on ne verra plus de six mois ouvertes dans l'année, la vie est douce ; et sur la Riviera, un paradis qui ne se fait pas faute d'aller se perdre aux jeux de casino, on tient pignon tout le long de la côte, dernier rempart de ligne Maginot face à la vague, en été, qui dépose sur une plage un vacancier venu de sa banlieue ou sa cité morose, tirant profit d'un congé obtenu pour oublier son travail qui le soûle et pour rêver, dans un hôtel d'ici ou un camping envahi par la foule, à ces maisons, qu'on dit des SCI.

Dans le Midi, le monde se bouscule
pour avoir droit à l'un de ces endroits,
où chaque arpent de terrain minuscule
peut se troquer pour le prix d'au moins trois.


Poème posté le 08/08/23 par Liberanos


 Poète
Liberanos



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.