Accueil
              
         

Mnémosyne
par Salus


(Au désert des réminiscences, Je bois, trace, à ton Oasis, Toi qui dans l'inconnu devances La renaissance d'Osiris) Ton souvenir m’ébahit tant, J’en ai distrait la destinée ; Sa redondance assassinée, Mû par une prudence innée, J’ai bu l’eau, Léthé miroitant, A ton lent cours déconcertant… Hélas, toutes précautions prises, Nos mémoires vont, insoumises, Au travers d’esprits mal garés, Leurs lourds méandres bigarrés, Négligeant les matières grises Aux feux soi-disant digérés… T’en souvient-il, m’envahissant, Mon cœur, d’aimer, même infidèle ? Et de larmes à tire-d’aile Qui s’envolaient en haïssant… Vivre est trop lourd, à l’âme frêle Au rang des mages, se hissant. La vérité létale, une île ! Une auréole aux déserts blonds ; Mon tâtonnement malhabile, Voile abolie, aux aquilons Livré sans un seul évangile, Et tel que tous, nous en allons



Poème posté le 11/04/21 par Salus


 Poète
Salus



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.