Accueil
              
         

Robe de bure
par Cardaline


Dans le crépuscule minéral de l’aurore Deux ombres cheminent sur les sentiers arides, Savourant la tiédeur avant le jour torride De ce monde figé qui n’est plus qu’un décor La plaine déboisée où se meure la flore Supporte la voûte d’un firmament livide Prête à délivrer de sa courbure gravide Un grand soleil rouge synonyme de mort Pensifs ils rejoignent leur foyer troglodyte, Où, dans le bien-être de ce cocon menteur, Ils forgent un monde ressemblant au bonheur Empreint de nostalgie, l’un des marcheurs médite, Félibre en sa jeunesse, il chantait la nature Recouverte à présent d’une robe de bure.



Poème posté le 12/05/21 par Cardaline


 Poète
Cardaline



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.