Accueil
              
         

Signaler un contenu inaproprié.

L'opposshom
par Fregat


La connaissez-vous la comique histoire D’un marsupial trop proche des humains ? Elle démontre, loin d’être accessoire, Que tout quidam est mieux auprès des siens. Un opossum, du genre féminin, Vit une nuit dans toute sa splendeur, Les poches pleines, le ventre rupin, Un bourgeois aller ainsi qu’un seigneur. Engageant, charmé, la conversation, En pleine escalade d’adrénaline, L’animal prisa cette éducation Au point d’haïr sa classe d’origine. Envieux, comme en la fable la grenouille D’un statut à ses yeux privilégié, Le voilà gonflant tel une citrouille Son repli abdominal gringalet, Le gavant des grains et menus glanés Au gré de ses assauts ici et là, Paradant devant ses frères, raillé Par eux, pour son imposant estomac. La nuit revenue, boudant quelque peu, Voilà l’oposshom comme il fut moqué, Hissé à l’arbre, pendu par la queue, Tentant dans le sommeil, l’affront laver. Ce conte finit presque dans l’humour : L’appendice long, même préhensible Ne put maintenir un faix aussi lourd Tonnant dans le noir d’un fracas terrible !



Poème posté le 29/05/21 par Fregat


 Poète
Fregat



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.