Accueil
Thème du mois / Tous les thèmes / OGRE / Lyrisme acarien

              
Thème du mois / Tous les thèmes / OGRE / Lyrisme acarien

         
Thème du mois / Tous les thèmes / OGRE / Lyrisme acarien

Lyrisme acarien
par Salus


Je soulevais des plages de silence, Et mon passage, où la Muse s'éteint, Atrophiait le vers - comme il s'élance ! Faisait ternir le fard dont il s'est teint. J'assassinais des espoirs littéraires ; La beauté, fi ! D'ogres entre-tués, Et descendant d'épouvantables mères, J'étais le fils ! (tels ceux qu'entre eux, tu es) Ainsi bruant né des choses écrites, Ange vengeur soufflant le vent des sons, Je promouvais les rimes émérites, Les rites vieux, les folles déraisons ! Dans le pré fixe où tournent tous les axes, Comme au printemps le chant vert des rameaux, Derrière moi s’éteignaient les syntaxes Et s'allumait la mélodie aux mots, Des matins d'est vers le saxe des soirs Dont je faisais l'ébauche étincelante Jusqu'à plonger dans les univers noirs Veufs d'aucun astre et que nul feu ne hante ! Toujours passant, sans que l'on m'écoutât, J'ai recousu la lumière avec l'ombre ! Tel qu'urticant pond ses œufs l’aoûtat J'utilisais l'art du vers, bien qu'il sombre...



Poème posté le 03/06/21 par Salus


 Poète
Salus



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.