Accueil
Poésie libre / L'Autel de Mon Ombre
           
Poésie libre / L'Autel de Mon Ombre
       
Poésie libre / L'Autel de Mon Ombre

Signaler un contenu inaproprié.

L'Autel de Mon Ombre
par Uncynique

Highslide JS
par Uncynique

Simple photographie d'un renard que j'ai dessiné pour l'inclure au final dans un autre poème.


Une réflexion pâle dans une eau sombre Me rappelle à moi-même la douce folie D'une joie éphémère et de mon cœur meurtri, Souvent sacrifié sur l'autel de mon ombre. Tout vient à sa fin, du premier au dernier rire; Avec mon souffle, autant en emporte le vent. Alexandre parvint à fonder un empire, J'en ferai autant. Les règles sont bien faites pour être brisées, Mais je ne suis ici qu'un amas de gravats Au pied d'un temple au grand dieu déchu, renié. Le suicide pour seule issue, il sauta. La corde n'est plus seulement dans mon garage Ce n'est pas la Voie, ni ma volonté pourtant, Mais cette conscience invivable m'attend À chaque pensée, à chaque nuit sans orage Il n'existe aucune issue, aucune lumière; Je n'ai plus qu'à fermer les yeux et emporter Un dernier mystère loin de six pieds sous terre : Pourquoi je suis mort, sans sourire aux malheureux Que je laisserais sans remords, traînant derrière. Je n'ai plus que ces quelques lignes oubliées Pour passer des sanglots retenus malgré eux. Il ne manque qu'un instant de pur désarroi; Sur mes épaules depuis si longtemps brisées, Des heures durant, et pour encore des mois, Je dois supporter le poids du vide, l'été. Tout ce que j'étais n'est qu'un passé imparfait. Je désire devenir une autre personne Ou bien devenir personne, vraiment parfait; Car parfaite est la mort, qui dans les cieux résonne. Pour quel verset de quelle bible devrais-je Verser mon sang, et le garder sous verre et liège? Une lame me suffit, mais je ne pourrais Me contenter de tracer une seule plaie. Je traverse sans cesse les mêmes sentiers, Taille la même brindille, la lance au loin, Je la retire au même endroit le lendemain, Me noie dans le même lac hier asséché. Une chambre d'hôtel d'une telle blancheur M'inspire un vers par son impeccable candeur, Me tirant vers une courte nuit de miracles Il ne manque à ma trop longue vie qu'un oracle. Une île déserte a autant besoin de moi Que de sable fin, une terrible mâchoire Emplie d'écume et d'orgueil, s'y écrasera Mon cœur brisé sur les écueils soir après soir.

Pure catharsis, à ne pas prendre au pied de la lettre.

Poème posté le 24/09/23 par Uncynique


 Poète ,
 Illustrateur
Uncynique



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)






.