Accueil
              
         

Ô givre
par Lau


C’est le rond blanc qu’illumine l’astre, Un sourd ballast raffermit le flanc D’une loco dont le sang, pur-sang, Par sa vapeur carbone un désastre ; C’est le rond noir au mitan du cistre Et l’onde bistre anguille le long Du chant du cœur aux cordes, oblong, Pénètre l’or, de son dard sinistre. C’est l’espadon qui vrille son rostre Au creux d’un os, sébile où le lent Va-nu-pieds, gueux, s’éparpille au vent D’un acier vif au-dedans du torse. C’est un automne, un grenat qui lustre Une grande Ourse et la glace fond Depuis le Bing à l’écho du gong, N’apparais pas, mes tympans, ne frustre.



Poème posté le 25/09/21 par Lau


 Poète
Lau



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.