Accueil

Viol
par Ghis


Elle portait ses seize ans son sourire et sa grâce et son cœur impatient attendait de vibrer. Son corps en floraison portait tous ses espoirs ses rêves étaient d'amour comme fleur au printemps. Mais elle est là flétrie, piétinée à jamais, sur le sol dur et froid d'une cave sordide. Ses paupières entrouvertes ne voient que des gargouilles, déversant leurs fantasmes sous un ciel de béton. Ils ont quitté la place en se croyant des hommes, pervertis, riant gras, en oubliant leur proie........ Levée péniblement, hagarde, dénudée cherchant à se vêtir dans le noir de l'enfer, lle n'a plus de cris, elle n'a plus de larmes, elle voudrait quitter ce corps devenu sale...... Tous ses rêves d'amour, sa jeunesse joyeuse, ont disparus ce soir, déchirés à jamais. Sa saison de printemps est devenue hiver et le vent froid s'engouffre en frissons de dégoût. Cacher cette souillure, étouffer ses espoirs, se faire ombre en été et essayer de vivre........



Poème posté le 02/02/08


 Poète
Ghis



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.