Accueil
Poésie libre / Les poussières d'amour éternel.
              
Poésie libre / Les poussières d'amour éternel.
         
Poésie libre / Les poussières d'amour éternel.

Signaler un contenu inaproprié.

Les poussières d'amour éternel.
par Mtournesol


Ô, mon amour, nous n'avons plus peur, Même si, nous marchons vers la mort, Nos mains, sont liées par la douceur. D'un amour tellement lourd et fort, Que nulles frayeurs, douleurs, malheurs, Ô, ne sauront atteindre nos cœurs... Ô, toi, qui connais de moi le fond, Qui a épousé, en mon âme. Le tréfonds, réchauffant mes frissons, Tu entretiens mon cœur, la flamme. Sur l'habitude de ces années, En semant notre éternité... Sur le temps, nous-nous sommes usés, Notre grain charnel, s'est mélangé. Par avalanches de caresses, Les peaux, parsemées de tendresses, Bien ridées, sous nos pluies de baisers, Nos cœurs enflammés, se sont gorgés. Et seuls, nos regards, n'ont pas changé, Sur l'amour de plus de vingt années... Ô, mon mari, tous les mots d'amour, Et ainsi, que tous les beaux discours, Ne valent rien, plus rien, de nos jours, Pour te représenter, tes contours, Tout ton "toi", et bien plus mon amour, Je dois innover, en mes refrains. Sur nos âmes de mortels, toujours, Par la nature du bout des mains, Océans, terres, grands souverains... Ô, je pose ainsi ma plume. Face à l'immensité du ciel, Sous chaque soleil, chaque lune, Criant, notre amour éternel, En cherchant, et en poétisant, De par mes vers, un seul mot puissant, Celui-ci, plus grand et plus géant. Qu'un "je t'aime", trop insuffisant... Beaucoup se sont battus pour l'amour. Ils se sont perdus, et pour toujours. Tentations éphémères d'un jour, Les pas, d'un chemin de non-retour, Nous les avons fixés des années, S'aimer, se déchirer, se quitter, Face, a notre immensité... Nous, nous sommes cette exception, Celle, de s'aimer avec passion, Ainsi, et sans voix discutables, En télépathie, et sans fables, Nous communiquons, de nos regards. Devinant, chacun en mémoire, L'envie de l'autre, les émotions, L'harmonie des cœurs au diapason, Fou rire, et non compréhension, De nos discrètes conversations... Un binôme inséparable, Et un amour incalculable, Ainsi, nous submergent tous les deux. Sur l'éternel chemin amoureux... Ô, mon cher, tendre et bel amour, Vois-tu, si je dois mourir un jour, ? En me posant, sous cette pierre, Jusqu'à devenir que poussières, Mon âme de femme, qui t'aime, Laissera toujours cette trace, Celle, d'un grand amour suprême, Aux souvenirs parfums en masse, Par les saisons, qui ne meurent pas, Et voguent, aux creux des cœurs, tout bas, De part, nos enfants, et futurs nés, Revivra, notre éternité... M.T.



Poème posté le 28/12/23 par Mtournesol


 Poète
Mtournesol



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.