Accueil
              
         

Les ponts.
par Lau


Les ponts. Le Pont-Euxin, Le Neuf, le Mirabeau, Ont beau, fameux et fiers tracer l’horizontale Allée au désir de s’enfuir de ce dédale Où n’est qu’humaine le commerce de la peau, Mais il fallait nous voir nous renifler, vitale Etait l’envie obscène : exposer son drapeau, Baguenauder nos cendres depuis le tombeau D’un écoumène où la terre serait létale. Les ponts. Les monuments, la technique d’Eiffel, Par-delà le projet d’enjamber la vallée, N’en voulait qu’à la belle, la bougainvillée Au nombril exorbitant, telle une navel. Sans bois, sans acier, sans béton, renouvelée Est la rime, autre pont diagonal sans fil A plomb, de face où parfois, clair, est le profil Sans azimut, reflet de quelque âme fêlée.



Poème posté le 30/01/22 par Lau


 Poète
Lau



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.