Accueil
           
       

Inferno
par Banniange
Highslide JS
par Banniange

Dante et Virgile aux enfers par Eugène DELACROIX
Illustration proposée par Banniange


Dante dans son enfer en forme d’entonnoir Les avait accablés de terribles souffrances, Les réprouvés en cercle, affligés de démence, Tremblaient emplis de crainte et de grand désespoir. Ils subissaient  la loi dite « contrapasso », Science redoutable des pires châtiments, A chaque crime était associé de facto Une atroce torture infligée longuement, Implacable gardien de ces lieux exécrables, Le Cerbère jetait des abois effroyables, Les grands blasphémateurs sous des flocons de feu Gémissaient de douleur en suppliant les Dieux, Dans un tourbillon mugissant de voix plaintives, Se tordait dans les airs une meute lascive, Tout enivrée d’amour, esclave de la chair, Consumée lentement sur un tragique éclair. Un cortège pesant soufflait dans un ravin, Chacun en chape d’or grimaçait en chemin Car des longs clous de plomb sous leur grand capuchon Transperçaient leur crâne de pendables fêlons. Des arbres difformes aux allures spectrales Que venaient lacérer les horribles harpies Répandaient du sang noir à l’odeur infernale, En poussant les longs cris d'une écorchée roussie, Un damné en courant exhibait ses entrailles, Fendu de haut en bas par une atroce lame Aux mains d'un démon fou qui ricanait en flamme : « Regardez ce bourreau, virtuose en tenailles ! ». Un autre traînait, las, sa tête détachée Qui l’arrosait, impie, d’orageuses huées « Vil exécuteur, tu ne crânes plus, faraud,  Depuis que tu subis ce que tranchait ta faux ! ». Mais l’atroce spectacle atteint son apogée Quand  sinua sinistre une pauvre Arachnée, Son corps si fabuleux sur des pattes velues Se convulsait en vain, hissé par des sangsues. Ainsi dans ce désert de glace et d’incendie Parcouru de sanglots et vociférations, De plaies purulentes et de lamentations, De diables hirsutes qui sèment l’agonie, Tu as placé, Dante, cette aire de justice Sous l’œil étincelant d’un lucifer fielleux Qui regarde arrogant ces drames et supplices N’ayant plus goût à rien tant il est nauséeux. Mais, cher Alighieri, ton enfer est trop sain, Il est très rassurant car il est cohérent, Les méchants sont punis, c’est fort réconfortant, Belle théodicée qui ne signifie rien. Car notre enfer à nous se passe sur la terre, Les innocents meurent sans un gémissement Les assassins pullulent comme des serpents, Ils sont puissants banquiers ou cruels militaires, Ils affament les gens que courbe la misère, Massacrent des enfants sous le regard des mères, Vivent dans des palais en monarque replet En flattant leur palais par de pesants fumets Et leur impunité apparaît sans limite Tant le monde à leurs pieds encense leurs mérites, Alors, vois-tu, poète, si justice il y a, Qui donc l'incarnera sinon tous nos combats, Leur seul lieu est ici, sur ce miracle bleu Qu'un artiste a conçu dans un geste amoureux.



Poème posté le 16/02/22 par Banniange


 Poète
Banniange



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)






.