Accueil
              
         

Le faut-il?
par Banniange


"Si nous voulons que tout reste pareil, il faut que tout change". Dixit le guépard de Lampedusa. Qu’irez-vous donc déposer dans les urnes Sinon les cendres de vos espoirs, A quoi penserez-vous derrière le lourd rideau noir Pendant que vous parcourez debout sur vos cothurnes Ce palimpseste nécrologique où figurent A l’encre sympathique les dynasties roturières Des compulsifs du pouvoir, Il vous faudra en choisir un qui ne sera pas l’autre Mais si l’autre n’est pas l’un, n’est-il pas plusieurs? Combien de masques disent toujours la vérité, Combien de vérités se masquent et s’oublient Dans les caniveaux où brillent les reflets De lanternes en vessie, Sommes-nous tel Oedipe en quête d’un père Qu’il nous faut toujours tuer pour le substituer? Qu’attendons-nous de ce théâtre guignolesque Où s’emmêlent les fils de pantins grotesques, Ces spectres pommadés, botoxés, ripolinés, Dégueulés commerciaux en chasse de gogos, Hypnotiseurs de pacotille, magiciens à moumoute huileuse, Regardez ces numérologues débiter les chiffres fabuleux Qui ensuqueront les babas... La république est amnésique, les droits de l’homme dépréciés, Le parlement tétanisé, la presse lobotomisée, Le citoyen automystifié (au moins il participe) et la parole humiliée, La justice a gardé le glaive mais a perdu le balancier… Rappelons-nous cette maxime De ce célèbre aphasique jamais là quand on l'espère : Au nom du père, les non-dupes errent.



Poème posté le 21/04/22 par Banniange


 Poète
Banniange



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.