Accueil
              
         

Les tablettes
par Jim


Nous sommes à Alexandrie, Myrtocleia s'adresse à Rhodis: Il y eût, tu le sais Rhodis, cet autre jour, Lorsque tu écrivis trois mots sur mes tablettes, En mêlant à mon nom le tien, langue secrète, Qui parle d'un désir bien plus pur que l'amour. Chaque jour est nouveau pour moi, et quand le soir Tu t'éveilles, je crois ne t'avoir jamais vue. Tu es la nymphe d'Arcadie, qui quitta nue Ses forêts, où Phoïbos assécha son pouvoir Quand tarit sa fontaine. Et ton corps est plus souple Que branche d'olivier ; comme l'eau en été Ta peau est douce, et tout autour du couple De tes jambes l'iris tourne, et comme l'Astarté La figue ouverte, ainsi tu portes le Lôtos. Quand nous aurons quitté ce soleil africain, Si lourd qu'il endormit même le dieu Chronos, Par toi me laisserai guider sur le chemin Qui conduit à ta source, en ces sombres forêts Où sur la terre molle on voit la double trace Des satyres mêlée aux pas, emplis de grâce, De la nymphe légère prise en ses arrêts. Tu chercheras et graveras sur une roche Ce que tu écrivis, ces mots, sur la cire, Ces simples mots, ces trois aveux fines encoches, Qui sont toute la joie d'obéir au désir. Par la ceinture d'Aphrodite où sont gravés Tous les plaisirs, aucun, Rhodis ne m'est connu, Puisque, depuis que nos deux cœurs sont entravés, Tu es plus que mon rêve en lequel j'erre nue.

© Les chants de Ella Bella Petti
(évocation mœurs antiques)


Poème posté le 09/05/22 par Jim


 Poète
Jim



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.