Accueil
              
         

Signaler un contenu inaproprié.

Pacifique
par Varech


Il ne reste rien des champignons géants crevant l'atmosphère des feux artificiels spectacles éphémères sinon des pores nées ou à naître dans les corps vivants dont elles savent se repaître obscurcissant leur temps A Moruroa le soleil distrait le ciel sans nuages l'atoll se baigne en turquoise Au seul sable échoit la plage Aujourd'hui la nature pavoise

A un ami dont le seul tort fût d'être aux premières loges...

Poème posté le 08/06/22 par Varech


 Poète
Varech



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.