Accueil

Discordance
par Epervier


L’indigne roublard, désir de vaincre sournoisement. Cheminer les évènements à sa gracieuse personne. Être en totale disposition d’abaisser l’humain. L’oppression silencieuse, jouir de gestes ignominieux. Rombière, soumise, la parole au bégaiement. L’amour aveugle, la servante asservie, heureuse!!! Désolation humaine, la grandeur minuscule des neurones. Spectacle désolant, tentation de s’affranchir bêtement. Le maître absolu, aucun effort, l’absurdité immonde. Tout autour, la servitude, la contemplation assurée. Aveuglé d’un esprit médiocre au service de son ego. La monnaie disgracieuse primant son orientation. Toute menue, tentant désespérément de s’élever chétivement. Un désordre hormonal, chiader sans récompense aucune. Malgré tout, un espoir étouffé, survivre simplement Dans un désir sarcastique, vie ténébreuse. La tragi-comédie, deux êtres parallèles, anonymes. Déception horrible, les regards obtus, l’inutile. Chassez ces « haleines » de mon entourage fragile! Respirer la vie loin de l’intolérable énoncé.

L’antagoniste, deux êtres conflictuels,<br />
Un misérabiliste décadent.


Poème posté le 13/03/08


 Poète
Epervier



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.