Accueil
Poésie libre / Clartés
              
Poésie libre / Clartés
         
Poésie libre / Clartés

Signaler un contenu inaproprié.

Clartés
par Assonance


Bien-sûr, se recherchent en les lueurs de la nuit, Toutes les clartés d'un jour lunaire, Oui, les sagesses, la douce lumière, L'âme lue se reflète en cette plume soeur de l'artiste. Ceci, exquisément, cela de telle façon, Que poésie s'en trouve aimée, Ce beau plaisir en strophes rêvées, Depuis les cimes des stances, regarde cette passion. Le fond du coeur plus lointain que le bout du monde, Le vague des cieux inconnaissable, -Que vois-je ? Est-ce, pieuse, ma haute étoile Le long du fleuve humain ceint de ce couru songe ? Guidant l'intelligence aux supernels chemins, Parmi pensée et paracosms, Amie quand l'effet pare la forme, Pliant la pertinence aux mûres merveilles de mains, Se pianotent quelques bontés, syllabiquement, Se fie la mine au filon d'or, Se lie la suite comme philosophe, De cette paillolle, près de nommer, si habilement, Equanime d'une éternité imperscrutable, L'extimé, amarré ici, Exquis et chamarré, il dit: "-Cette soierie hume l'éther qui sait l'imperturbable" A ce rorage, tamisée, parle brillance, A l'édification des brumes La versification s'épure, Calme l'orage, azurée par le silence. Au for intérieur, le don s'y veut poétique Se fait écho du bout des doigts, Le vrai des mots, d'une ourse éparse, Couronnent un tel sieur, de son vif voeu phonétique. N'écrire rien que le bon, du reste faire abstraction, Idée de bien sans son inverse, Qui fait le saint rend prompt un zeste, Les dires d'un coeur de lion, d'une paix, s'éploient à l'onde, Quand les adages de la lune se magnifient, Argentée des épars innés, La pensée des réalités Ancrée par sades fleurs, parfume l'heure pacifique. A la brune paix d'un réverbère au cuivre roux, Le bleu céleste est éloquent, Se meut cette belle scène résonnante, L'art naturel peint les célèbres prodiges de goût. Récite donc ton chant, Ô toi, oiseau d'aurore, Tes trilles verdis sentent le soleil, Génie des cimes en ce sommet, L'esprit bonbon, en haut bois, foisonne comme l'orbe. En l'introspection de cette ligne, tout s'éclaire, Choisir le vocable adéquat, Loisible aubade par cette manne, S'en vient lors question, que faire de fluide pour précepte ? L'orfèvre affleure de hauteur les puissances et l'être, Qui es-tu ? cette rime peut le luire, Mille vertus dessinent l'oeuvre fine, Lors, les valeurs de l'auteur, telles, mises en exergue.

supernel: venu des cieux.
paracosm: monde intérieur.
paillolle: paillettes d'or qu'on trouve dans les sables de quelques rivières.
equanime: d'humeur constante et égale.
imperscrutable: qui ne peut être scruté.
extime: contraire de intime.
rorage: blanchissement de toiles par un procédé naturel consistant à les exposer à la rosée.
épars: terme de mer. Il se dit de petits éclairs qui ne sont pas suivis de coups de tonnerre.


Poème posté le 14/04/24 par Assonance


 Poète
Assonance



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.