Accueil
              
         

Signaler un contenu inaproprié.

Halloween
par Louis Vibauver


Après les chaleurs de l'été Et les vendanges de Septembre Les journées comme fatiguées Tombent bien vite sans attendre. Le fond de l'air même se voile De brume à masquer les étoiles Et quand les arbres se défeuillent C'est la nature qui s'endeuille. Sans besoin de leurres et d'appeaux Un nouvel univers éclot Et le temps est comme en accord Pour se remémorer les morts. Sans besoin de leurres et d'appeaux Un nouvel univers éclot: Trouant le silence, on entend Des battements d'ail's inquiétants Des bruits de pas, des gémiss'ments, Des cris lugubr's, des hurlements Et dans un grand bruit de tonnerre Zébrant les ténèbres, un éclair. Oui, le temps est bien en accord Pour se remémorer les morts Et comme aux fêtes de Samain Partageons avec eux le pain. Hélas avec les morts chéris Que l'on invite à notre table D'autres esprits sont de sortie Mais sanguinair's et insociables. Pour éconduire ces gêneurs On recourt à des patrouilleurs Dont la ruse et mille artifices Triomph'nt de tous les maléfices. Dès lors potirons et navets Sont évidés et puis sculptés Pour éclairés d'une bougie Effrayer les odieux génies. Il est connu que les enfants Adorent les déguisements Et les voilà tous volontaires Pour mener cett' chasse aux sorcières. Dans leur panoplie de squelette Et leur masque horrible de spectre Ils vont par les rues d' la cité Bannir ces hôt's indésirés A la port' de votre maison Donnez donc douceurs et bonbons A ces gentils gardes du corps Sous peine qu'ils vous jett'nt un sort.



Poème posté le 03/10/22 par Louis Vibauver


 Poète
Louis Vibauver



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.