Accueil
              
         

Sur l'escalator
par Louis Vibauver


Elle montait devant moi l'escalier roulant Des hanch's ostentatoire Et je pouvais bien voir, ourlant son dessous blanc Comme une frange noire. Souvenirs à la pelle,supplantant le réel Mes idées vagabondent: J'imagine son monde, j'imagine le ciel Où nos corps se confondent. Dessus l'escalator, les envies prenn'nt essor. Tous les plus beaux trésors ont ce même décor Que mon être vénère Et gardant le mystère, ses lèvres en accord Ne cessent de se taire. Je sais, lors, un bijou sans pendant sur le cou(p) Dans un écrin de moire Et tout riche d'espoir, je m'éprends comme un fou De ce si doux sautoir. Dessus l'escalator, il ya des toisons d'or.. Mieux que toute rivière, c'est une perle chère Qui se monte à tâtons Et comblant son châton que des griffes enserrent Je tombe en pâmoison; C'est la bague ou l'anneau pour ce doigt soudain gros Et ma broche éphémère; C'est la rose sans pierr' sur le grain de sa peau Que craint le solitaire; Dessus l'escalator, c'est la chasse au trésor. Mieux que celle d'Ali, sa caverne obéit Au sésame: désir; Voleur à la tir'-lir', je suis un vrai bandit Pour râvir son plaisir. Elle montait devant moi l'escalier roulant Des hanch's ostentatoire Et je pouvais bien voir, ourlant son dessous blanc Comme une frange noire. Dessus l'escalator, comme on se revigore. Dessus l'escalator, je monterai encore.



Poème posté le 01/11/22 par Louis Vibauver


 Poète
Louis Vibauver



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.