Accueil
              
         

L'abeille
par Hubert Mordain


L' ABEILLE Certains gens l'appelaient l'abeille, Il butinait de femme en femme, Recherchant la petite flamme, Celle d'un plaisir sans pareil. Épicurien confirmé, Un appétit insatiable, Il n'avait jamais été stable, C'était là son plus gros pêché. Les femmes, il les aimait toutes, Blondes, brunes, rousses, châtains, Sérieuses ou bien catins, Il les admirait, sans nul doute. Pourtant, il était marié, Il avait même des enfants, Mais son vice, toujours présent, Était très dur à contrôler. Même si ça n'était pas bien, Ses sens, en ébullition, Le poussaient à l'infraction, Tel un Roméo libertin. Ces mauvaises manies hélas, Il a vécu sa vie avec, Regimbant même un seul échec, De ses conquêtes très fugaces. Se définissant séducteur, Il se refusait libertin, Pourtant, en y regardant bien, Ses plans étaient évocateurs. Il est mort un matin de juin, Sans guêpières derrière lui, Seule était présent sa famille, Pour honorer sa triste fin.



Poème posté le 23/11/22 par Hubert Mordain


 Poète
Hubert Mordain



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.