Accueil
Poésie libre / El desterrado*
           
Poésie libre / El desterrado*
       
Poésie libre / El desterrado*

Signaler un contenu inaproprié.

El desterrado*
par Kerdrel
Highslide JS
par Kerdrel

Die Toteninsel par Arnold BOCKLIN
Illustration proposée par Kerdrel


_____________ஜ۩۞۩ஜ____________ Vous m'enterrez bien vite et sans une homélie Non! je ne suis pas mort, tout juste ensommeillé Et ce n'est pas mon tour, j'attends une embellie Pour recoudre une étoile à mon ciel constellé. Je suis le terne hébreux, pour rire qui s'allie Au prince d'Aquitaine encore plus taré Rends-moi pusillanime et ma vieille Osmanlie** Mon soleil s'est éteint, mon hoir est apeuré. Je prends des anti-bios, des granulés Boiron Pour soigner mes nausées, une ancienne gangrène J'espère pour les jeux, me baigner dans la Seine. Ô ce n'est pas pour moi, seulement pour Charon En respirant à fond, une bonne bouffée Je veux deux fois vainqueur soulever mon trophée. Le lundi 20 mai 2024 © Pastiche de El Desdichado de Gérard de Nerval * Le banni ** L'Osmanlie est une contrée merveilleuse, aussi appelé "Sombre pays",

El Desdichado

Je suis le Ténébreux, – le Veuf, – l’Inconsolé,
Le prince d’Aquitaine à la tour abolie :
Ma seule étoile est morte, – et mon luth constellé
Porte le Soleil noir de la Mélancolie.
Dans la nuit du tombeau, toi qui m’as consolé,
Rends-moi le Pausilippe et la mer d’Italie,
La fleur qui plaisait tant à mon cœur désolé,
Et la treille où le pampre à la rose s’allie.
Suis-je Amour ou Phébus ?… Lusignan ou Biron ?
Mon front est rouge encor du baiser de la reine ;
J’ai rêvé dans la grotte où nage la syrène…
Et j’ai deux fois vainqueur traversé l’Achéron :
Modulant tour à tour sur la lyre d’Orphée
Les soupirs de la sainte et les cris de la fée.
Gérard de Nerval


Poème posté le 20/05/24 par Kerdrel


 Poète
Kerdrel



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)






.